Numérique et éducation : enjeux et stratégies d’un secteur en pleine effervescence

27 mai 2021
Services publics

La crise actuelle a permis de réaliser un double constat : le numérique a été indispensable pour assurer la continuité de l’éducation mais dans le même temps il a accentué la fracture numérique. Il est aussi apparu que la France avait un retard en termes de culture numérique, pouvant représenter une menace pour la souveraineté éducative.

Se tourner vers des applications américaines ou asiatiques représentent une solution de facilité ou économique mais reflète le manque de formation au numérique en France. 
 
La loi de refondation de l’école de 2013 a fait entrer le numérique dans la politique éducative de l’État. De cette loi est d’ailleurs né au nouveau service public, le « service public du numérique éducatif », dont l’enjeu est de former, au et par le numérique, les citoyens et professionnels de demain.

Toutefois, adopter le numérique à l’école ne se réduit pas à mettre des tablettes entre les mains des enfants. Depuis une dizaine d'années, l’équipement individuel des élèves représente les 2/3 des fonds publics.

Image
false

Quel est alors l’intérêt d’une telle stratégie si les professeurs ne sont pas formés aux usages du numérique, que les établissements n’ont pas de connexion ou les outils adéquats à un enseignement numérique ? C’est tout l’enjeu du projet « Territoire numériques éducatifs », lancé en 2020, qui vise justement à répondre à l’ensemble des défis posés par l’adoption du numérique dans l’éducation.
 
Le service public du numérique éducatif peut largement s’appuyer sur des acteurs novateurs en termes d’éducation pour parvenir à ses fins : les EdTech. Selon une étude de Deloitte et de la Caisse des Dépôts, le nombre de startups de l’EdTech a augmenté de 47% depuis ces 3 dernières années, estimant leur nombre à environ 400.

Contenus innovants, jeux, applications d’apprentissage, solutions de distribution (Mooc, Spoc) etc. les innovations sont nombreuses. À titre d’exemple, la startup Domoscio facilite l’apprentissage grâce à l’intelligence artificielle et des algorithmes de machine learning. AppScho est quant à elle une application mobile permettant aux étudiants d’avoir accès à toutes les informations nécessaires au bon déroulé de leur scolarité.
 
Néanmoins, il est à noter que la France et plus largement l’Europe accusent un retard par rapport à leurs voisins outre-Atlantique ou chinois, leaders sur le marché. Une étude du cabinet Metaarl met en lumière le fait que les entreprises américaines et chinoises du secteur ont collectés plus de 7 milliards d’euros en 2017, tandis que la France a financé les Edtech à hauteur de 41,7 millions d’euros. Selon Educapital, en 2018, le secteur des Edtech français ne concentrait que 7% de ses dépenses à la numérisation de l’enseignement primaire et secondaire contre 20 % aux États-Unis et 56 % en Chine.
 
Quoi qu’il en soit, la France compte bien rattraper son retard, en témoigne les initiatives prises ces dernières années : lancement en 2017 d’un Observatoire des EdTech, porté par la Caisse des dépôts, d’une association rassemblant les start-up du secteur sous la bannière EdTech France, importantes levées de fonds en 2018 (OpenClassrooms, Klaxoon), création de deux fonds d’investissements dédiés : Educapital et Brighteye Ventures etc.
 
Les défis de l’éducation numérique sont multiples et aucun d’entre eux ne doit être perdu de vue. Il est indispensable de définir avec les collectivités territoriales un socle pédagogique numérique commun à l’échelle nationale et un engagement de formation des enseignants. Une cartographie du débit des établissements scolaires est nécessaire afin de garantir une connexion à l’ensemble des établissements. Parallèlement à ces défis organisationnels et techniques, elle devra également répondre aux nouveaux enjeux environnementaux et à la question d’écoresponsabilité des services qu’elle proposera.

Au-delà de ces enjeux propres à la digitalisation de l’école, la question de la simplification de l’achat public est également à prendre en compte.
 

Solène Lemonnier

Le sujet vous intéresse ? Nos experts vous répondent

Isabelle DUBACQ
Isabelle DUBACQ
Directrice d’Unité, Directrice de l'offre Services Publics

L’Etat s’est engagé dans un vaste chantier de modernisation de ses services aux usagers et d'amélioration de la relation citoyen/administration. C’est dans ce cadre que mc2i, fort de ses expériences acquises dans le Digital, a souhaité capitaliser sur ses expériences avec une offre dédiée au Secteur Public.

Partager